L'Historique Delcourt

Les débuts
C'est la fusion de Charlie et de Pilote début 1986 qui est l'origine directe de la création de "Guy Delcourt Productions". Guy Delcourt alors rédacteur en chef de Pilote profite de cet évènement (malheureux pour la bande dessinée) pour concrétiser une envie : créer sa propre entreprise. Il ne part pas les mains vides de Pilote : il emmène avec lui deux auteurs qui promettent beaucoup : Olivier Vatine et Thierry Cailleteau. C'est ainsi que naît le premier album estampillé Delcourt : Galères Balnéaires, recueil d'histoires courtes parues à l'origine dans Pilote.

Les premiers succès : [Premiers Succès]
Les premières années sont consacrées principalement à la traduction de bandes dessinées étrangères, la réédition d'anciens albums ou la publications d'albums collectifs (qui permettent à l'éditeur de travailler avec de "grands" auteurs non disponibles). Le succès est long à se dessiner. Pour une jeune maison d'édition, le plus dur est d'inspirer confiance aux auteurs reconnus. Ceux-ci ne devront pas craindre une mauvaise exploitation de leur oeuvre. Guy Delcourt va tout doucement y parvenir. Mais ces années vont être marquées par trois évènements : l'album "La bande à Renaud", la visite de Guy Delcourt à l'école des Beaux-arts d'Angoulême et le premier tome de la série "Légendes des contrées oubliées"

L'album "La Bande à Renaud ", adaptation de chansons de Renaud (célèbre amateur de BD) par de "grands" dessinateurs fait un tabac (près de 100 000 exemplaires) mais la faillite du distributeur prive l'éditeur de tout bénéfice !!!
A Angoulême, Guy Delcourt rencontre de jeunes auteurs et son intérêt pour leur travail est tel qu'il décide de leur donner l'occasion de s'exprimer sous la forme d'un album "Les Enfants du Nil" avec entre autres Turf, Mazan, Wendling & Gibelin, Masbou, Ayroles, Mouclier ...
Enfin, La saison des cendres, premier tome de la série "Légendes des contrées oubliées" marque un tournant dans la politique éditoriale de Guy Delcourt. Cet album, ainsi qu'Aquablue et Adios Palomita sont les premiers tomes de la collection Conquistador.

Les collections : [Les collections]
Tous les grands éditeurs possèdent à leur catalogue une ou plusieurs collections (Aire libre pour Dupuis, Grafica pour Glénat, etc...). Ces collections regroupent souvent des auteurs de prestiges pour des albums au "packaging" luxueux. La grosse difficulté reste d'éviter qu'elles ne deviennent un véritable fourre-tout. Delcourt à parfaitement su éviter cet écueil en créant progressivement de nouvelles collections telles que Néopolis ou Terres de Légendes puis plus tard Sang-Froid, Humour de rire et Jeunesse. Il a surtout réussi à conserver une grande cohérence au seins et entre collections tant au niveau de la qualité du fond (scénario, graphisme, couleurs) qu'au niveau de la forme. Seul problème, la qualité se remarque mais aussi se paye et les albums Delcourt ont longtemps eu une réputation "élitiste".

L'envol
Guy Delcourt indiquait dans une interview de 1992 qu'il fallait attendre 10 ans pour qu'une maison d'édition passe son premier grand cap. En 13 ans, le catalogue Delcourt s'est progressivement étoffé (Delcourt a publié plus de nouveaux titres que Dupuis en 1998) et la plupart des titres du catalogue continuent à vivre. Le fait que les albums Delcourt soient régulièrement primés dans les salons ou festivals et qu'ils prennent une place de plus importante dans les rayons des libraires (spécialisés ou type Fnac) montre l'éclatante santé de cet éditeur.

Mais ... pour que Guy Delcourt devienne un véritable grand de l'édition de la bande dessinée il ne lui manque plus maintenant que LE titre. Celui qui lui permettra d'être enfin connu par le grand public et d'assurer un fond de trésorerie indispensable pour continuer à éditer et faire découvrir de jeunes auteurs, bref à effectuer un vrai travail d'éditeur. Gageons que parmi tous les talentueux auteurs en contrat avec Guy Delcourt se trouve le futur Franquin ou le futur Goscinny ...